(69) RhôneLe sirius

14/12/2021 – Ysaura Merino Trio & Jérôme Regard au Sirius

Toujours face à l’Hôtel Dieu et aux bâtiments de l’autre rive, le Sirius est bien amarré au Quai Augagneur. En cette saison, le monument et les bâtiments sont recouvert d’un léger voile de brume, remontant de l’humidité du Rhône. Les lumières qui illuminent les ponts et les immeubles enveloppent ces silhouettes imposantes d’un halo de lumières. Nous sommes bien mi-décembre. Tandis que son port d’attache reste la musique et le jazz en particulier, notre vaisseau musical nous offre un magnifique quartet pour le set qui précède la rituelle jam du mardi soir.

J’avoue que ce soir j’ai embarqué sur le Sirius un peu les mains dans les poches et même sans crayon ni calepin  pour prendre la moindre note pour une chronique. Heureusement ils ont aussi cela au bar ! Je suis venu écouter un bon concert tout simplement. Mais la bonne surprise a été de retrouver mon collègue Jean-Pierre Jacquot. Lui il est sérieux, son appareil photo l’accompagne toujours ! Et comme c’est notre vocation de vous faire partager les bons moments d’émotion musicale, on ne pouvait pas garder uniquement pour nous ce concert. C’est comme cela que l’on aime les chroniques, improvisées comme un bon standard de jazz. Alors voilà…

Pour cette soirée, c’est Zaza Desiderio à la batterie et Camille Thouvenot au piano qui invitent Ysaura Merino à la trompette et Jérôme Regard à la contrebasse. Pour l’anecdote, le set devait avoir lieu en trio avec la trompettiste mais l’alignement des planètes pour la disponibilité des musiciens, a permis au contrebassiste de se joindre à eux.

Ils attaquent le concert en douceur par une ballade de Jeff « Tain » Watt Sigmund Groid, sur laquelle le trio rythmique démontre tout de suite son homogénéité et sa dextérité. La trompettiste ajoute avec un son délicat les phrases du thème en solo. Cette rythmique comme un tapis volant permet au cuivre de décoller pour planer avec lyrisme.

Avec Fer mans i mànigues, une composition d’Ysaura Merino dont le titre est en catalan, le set décolle. Le thème est d’inspiration bop. Le jeu pizzicato rapide de Jérôme Regard et la frappe aérienne sur les cymbales agrémentées de coquillages pour le charleston donnent un air latin à ce morceau. Le groove démarre fort et les trois rythmiciens se passent les solos comme un dialogue musical à toute vitesse. La compositrice laisse cet espace à ses partenaires mais revient aux moments clés pour souligner le jeu avec ses phrases mélodiques. Zaza Desiderio porte un sourire permanent, tandis que Jérôme Regard danse en jouant et Camille Thouvenot reste concentré. On ressent à les observer le plaisir de jouer ce soir.

Les thèmes se succèdent en alternant ballades et morceaux bop. Les dialogues musicaux sont variés et les musiciens nous proposent des échanges de haute qualité technique et émotionnelle. Sur Danse Cadaverous de Wayne Shorter la trompette et le piano dialoguent autour du thème. Ils sont suivis par un solo de contrebasse qui est souligné par le piano et à son tour la trompette reprend le solo. On est emporté par les échanges. Old Devil Moon de Chet Baker est réarrangé par Ysaura Merino qui pose immédiatement son solo sur le thème. La contrebasse la rejoint pour un beau dialogue. C’est ensuite Camille Thouvenot qui emmène le trio dans l’improvisation sur le thème du célèbre trompettiste.

Ils poursuivent sur Throughout, une ballade ou l’on ressent beaucoup de de plénitude dans les échanges musicaux. C’est le batteur qui mène le trio sur des rythmiques douces en alternant le jeu aux balais et aux mailloches. On revient aux rythmes endiablés du bop avec About 360, attaqué à quatre sur le thème, ce qui donne tout de suite beaucoup de puissance. Cette fois le pianiste mène le jeu du trio avec dextérité et souplesse. La jeune trompettiste intervient régulièrement avec un jeu sobre, et s’impose avec un solo pour faire un rappel du thème. Le piano la suit, tandis que les deux autres rythmiciens maintiennent un rythme soutenu.

C’est avec Mr. Clean, un morceau de Freddie Hubbard que se termine ce superbe concert. Le jeu fluide de la trompettiste est suivi délicatement par les rimmshots, frappes sur les bords de caisse du batteur. Les trois rythmiciens soulignent par alternance le groove de la trompette. La fin du titre a lieu sur une alternance de jeu à quatre puis de retour au trio, jusqu’au final en quartet, en apothéose.

Le public conquis dès le début du concert est ravi, il alterne les applaudissements, les cris et les sifflets d’encouragement. On peut se demander après cette envoûtante prestation qui nous a fait ce beau cadeau à l’approche de Noël ? Yves Abensour, notre capitaine de croisière et son équipage pour les soirées du mardi ? Zaza Desiderio et Camille Thouvenot qui ont invité leurs amis ? Ou Ysaura Merino et Jérôme Regard pour avoir accepté de se joindre à eux ? On remercie tout le monde pour ce beau moment d’émotion musicale. Ce n’est pas fini, car maintenant place à la jam. Et ce soir ils sont nombreux, des amateurs aux plus aguerris à être venus en découdre avec les standards.

Ont collaboré à cette chronique :

X