(69) RhôneÇa Jazze Fort à Francheville

16/12/2021 – Jean-Philippe Fanfant « since 1966 » pour Ça Jazze Fort à Francheville

C’est une histoire d’amitiés et de fidélité qui nous était contée à L’Intervalle de Vaugneray. Après sa carte blanche d’avril 2018 à L’Iris *,  Jean-Philippe Fanfant était à nouveau invité par Ça Jazze Fort à Francheville, fort d’un premier album personnel («Since 1966» sorti en septembre **), lui qui a participé à tant de projets ! Le grand plateau de la salle permettait d’accueillir confortablement le quintet et ses invités. Le batteur s’installa au milieu de ses fûts et cymbales et nous présentait  successivement le bassiste Stéphane Castry, le pianiste Vincent Bidal, le trompettiste et bugliste Ludovic Louis et le chanteur, saxophoniste et flûtiste Allen Hoist.

« Swing enjoué », Oh Happy J ouvrait les festivités avec des spectateurs aux paumes actives, suivi de Diamente qui nous balada entre Jamaïque et Cuba, entre flûte et bugle. Pour Ballade 4 Sassa, les soufflants étaient partis souffler, laissant le trio entamer un duo piano/batterie que rejoignit  la basse. Jean-Philippe lança un sample qui ouvrait la « bossa créole » Péyi Béni Vol. 2 . Ce fut un morceau issu de l’album « Rebirth » de Ludovic Louis que nous interpréta ensuite le quintet reconstitué.

Franck Nicolas, avec ses conques et sa trompette, rejoignit l’équipage pour deux titres, apportant ses sonorités aériennes. Ce fut au tour de Zaza Desiderio, aux délicates percussions, de partager la scène pour une chanson de Mario Canonge. Lou Rivaille, qui avait brillamment assuré la première partie, et La Chorale de Francheville Bel Air vinrent donner leurs voix à Une lueur d’espoir. En compagnie de la chanteuse Olyza Zamati et du flûtiste Max Mona, le set s’achevait avec Kanari Conakry qui faisait se rencontrer Caraïbes et Guinée.

La soirée se termina par une reprise de  Ballade 4 Sassa et le public ne se fit pas prier pour communier vocalement avec les musiciens !

Une heure quarante-cinq et s’arrêtait l’histoire…  Le retour en terres rhôdaniennes de Jean-Philippe Fanfant fut gagnant ! Les influences caribéennes ont côtoyé d’autres univers pour fournir une musique métissée autour d’une batterie dynamique et généreuse. Le volume sonore était suffisamment puissant pour couvrir les rafales du déclencheur d’un photographe qui nous avait gêné lors d’une première partie plus délicate. (Notre JPJ à nous sut se montrer bien plus discret…). Ce bémol n’empêcha pas le public d’apprécier la prestation des artistes réunis par le toujours souriant JPF.  Ça jazzait toujours fort à Francheville, même à Vaugneray !

*https://www.jazz-rhone-alpes.com/18407-jean-philippe-fanfant-quartet-ca-jazze-fort-a-francheville/

**https://www.jazz-rhone-alpes.com/la-selection-cd-de-la-rentree-sept-2021-part-2/#fanfant

 

Ont collaboré à cette chronique :

X