L’association GagaJazz accueillait ce samedi le Tatanka Trio emmené par la trompettiste Emmanuelle Legros au phrasé chaloupé et énigmatique, soutenue par le pianiste Guillaume Lavergne et le batteur percussionniste Corentin Quemener.

Cette formation dont chaque musicien prend à chaque instant le temps de s’inspirer des autres n’est pas dans la démonstration technique, n’est pas dans la démonstration tout court d’ailleurs. Chacun joue ce qu’il à a jouer sans fioritures sans ajouts inutiles et encombrants, il s’agit d’une musique brute et authentique qui sait nous faire voyager, qui sait nous transporter vers des contrées non pas lointaines et inaccessibles mais proches, très proches, que l’on peut saisir à bras le corps dans le calme et la sérénité.
Vous l’avez compris, une écoute à la fois attentive et quelque peu détachée permet de ressentir toute la puissance de cette musique.

Ont collaboré à cette chronique :

X