(69) RhôneLe Périscope

28/01/2022 – Andy Emler Trio au Périscope

Ce vendredi 28 janvier au «Périscope » il y avait de programmé le « Andy Emler Trio »

  • Andy Emler : piano /compositions
  • Claude Tchamitchian : contrebasse
  • Éric Échampard : batterie

Et la bonne nouvelle étant que  ce fut une réussite en matière de fréquentation puisque ce fut quasi « complet », ce qui donne du baume au cœur pour le spectacle vivant et ses  œuvriers (ceux qui œuvrent)

Le trio Emler, avec la même configuration, existe depuis un peu plus de vingt ans ….ça explique sans doute  l’évidente complicité et complémentarité qu’il donne à voir et entendre en concert autour du programme de leur prochain CD à paraître dans quelques semaines :

The Useful Report [le rapport utile]

La présentation du CD indique

« Pourquoi « rapport utile » ? Parce qu’il établit un état du monde, et part du triste constat que celui-ci place trop souvent l’intérêt devant la vie, la superficialité devant la profondeur, l’apparaître devant l’être.»

C’est une musique très écrite avec des morceaux qui peuvent s’apparenter à des petites suites en musique dite « classique».

Le moins que l’on puisse dire c’est que « ça déménage » et que à l’instar de Jean Ferrat qui disait « Je ne chante pas pour passer le temps » eux (le Trio Andy Emler) ils ne font pas de la musique pour passer le temps ou à la télé… ils disent leur ressenti du temps présent.

Quand on écrit sur un trio qui mêle écriture et improvisation, c’est sans doute un lieu commun de parler de « complicité », surtout quand les musiciens jouent ensemble depuis vingt ans. 

L’auditeur ou le spectateur n’assiste pas vraiment à un dialogue entre trois individus, mais plutôt à un monologue polyphonique. Personne ne prend de solo personnel, car, comme aime à dire Andy Emler, « c’est le trio qui est soliste ».

L’ensemble devient un corps musical .

Ancré dans la sensation. Andy parle aussi souvent de la musique comme d’un « voyage ». Avec ce trio, c’est d’autant plus vrai que la matière sonore est constamment en mouvement. Le voyage est autant celui, extérieur, de la musique en mouvement que celui, intérieur, d’une expérience d’écoute synonyme d’ouverture — à soi et au monde.

Ils font une musique de jazz d’une écriture très moderne contemporaine …voire « jazz rock »  par moments.

Bref ils font dans l’excellence une musique qui bouscule… et qui est , dixit Andy Emler, « très physique » ( et pas seulement parce qu’elle est virtuose).

 

Petite note du chroniqueur :

Chacun de ces trois musiciens est impliqué dans de très nombreux projets soit à leur initiative, soit en tant qu’associé : 

Claude Tchamitchian avec Naïssam Jalal en particulier ces dernières années

Avec Andy Emler la liste est trop conséquente pour que l’on commence à l’énumérer mais pour sûr elle mérite amplement le voyage…..

Quand au natif de Viriat (banlieue de Bourg n Bresse), Éric Échampard, outre qu’il est le presque local de l’étape, son parcours artistique est très intéressant puisque nous l’avons connu , dans les années 95/98, comme timbalier dans l’orchestre national de Lyon (direction E. Krivine) tout en participant au « Microméga Ensemble » dirigé par François Raulin ou récemment comme batteur de L’Orchestre National de Jazz,.etc.

La musique Jazz est un beau voyage qui n’engendre pas la monotonie

Ont collaboré à cette chronique :

X