(69) RhôneSaint-Fons Jazz

29/01/2022 – Big Band de l’Œuf « Petits plats pour grand ensemble » au Saint-Fons Jazz

Norbert Gelsumini, directeur du festival, est très ému lors de la présentation de la soirée de clôture de ce saint Fons jazz. La salle est pleine …comme un œuf, pas une place de libre. Une belle édition après cette interruption d’un an.

Tout ce monde pour un rare concert du Big Band de l’Œuf qui peut enfin donner son spectacle « Petits plats pour grand ensemble » dans sa version « restaurant »*.

Il avait été créé en octobre à Saint Étienne et depuis, régime sec.

Toute la scène du théâtre Jean Marais est occupée par des ustensiles de cuisine et de musique. Même les luminaires sont créés à partir d’égouttoirs, de râpes…. Une partie du set de percussions de Fabien Rodriguez est constitué de casseroles.

Dix huit musiciens parmi la crème de la région et à cour un chef cuisinier ! Benjamin Gagnaire.

Les musiciens pénètrent dans la salle par les entrées du public non pas avec leurs instruments mais avec des ustensiles de cuisine et forment une joyeuse fanfare.

Le dîner débute par une classique Mise en embouchure et se poursuit avec un traditionnel Velouténor au bugle forestier. Autant dire que les soufflants sont au feu. Pour ralentir il nous est proposé une Salade de croches.

Le public a reçu en entrant dans la salle un menu pour un « Dîner concerté » avec de nombreux plats aux intitulés plus déjantés les uns que les autres. Le chef de partie, Pierre Baldy, propose  ensuite au public de choisir tel ou tel plat en présentant la face jaune ou la blanche du menu, sous le contrôle d’un « huissier de justesse » véreux Maître Franco de Port (Hervé Francony).

 

Il existe donc deux répertoires et ceux-ci sont joués en fonction des votes du public. Certains morceaux sont des figures imposées, les « plats signature ».

Nous échappons au Bœuf aux trompettes de la mort pour entendre … Des cuisses de coulisses. Un thème aux allures funky et qui sonne comme sait si bien le faire cette formation. Avec au passage un somptueux chorus de Pierre Baldy.

Deux tables sont dressées sur la scène et quatre spectateurs tirés au sort pour chaque plat se retrouvent à dîner comme si de rien était.

Comme second plat chaud ça sera Filet de sole et baryton mayonnaise après le Trou normand. (Nous éviterons les 3 pâtes et un canard)…

Les musiciens ne se contentent pas de jouer, ils font aussi le service et de nombreuses facéties. Une mention particulière pour Olivier Destéphany qui nous a révélé ses talents de clown grimacier tout au long du service.

Pierre Baldy a bien du mal à garder son sérieux et à maintenir le rang de l’établissement.

La température monte, le classique conflit entre « salle » et « cuisine » refait surface, les esprits s’échauffent, une bataille rangée chorégraphiée façon « West Side Story » débute pour s’achever aussi rapidement que la montée en température.

Et puis  on ne sait pas trop ni comment ni pourquoi, à un moment, Bruno Simon vient sur le devant de scène avec sa guitare électrique et ça part en rock métal puis en salsa juste avant le dessert. On découvre les talents de danseur de Pierre Baldy. Qui a décidément de nombreux tours dans son sac.

Pour le dessert nous dégusterons une Tarte de frettes (43 minutes de cuisson, minutieusement calculées par une bonne partie du public et leurs smartphones) dont la recette nous est dévoilée à la façon d’une véritable comédie musicale où Pierre Baldy et Sylvain Félix  chantent et dansent.

Après la note sucrée arrive celle plus salée de l’addition où Pierre Baldy retrace le repas avec humour et nous appâte avec les plats que nous aurions pu consommer.

Bien sûr il y aura un rappel sur une Douceur du jour.

 

Nous avons succombé à la qualité du dîner. La gastronomie musicale comme aimait à le rappeler Maître Auguste Escoffier (voir ici) est un art à part entière. Le Big Band de l’Œuf contribue ici à en fixer les codes. Nous n’évoquons pas trop ici la musique car notre attention a sans cesse été captée par toutes les facettes de ce spectacle complet et riche, ce qui prouve une fois de plus que quand on se laisse mener par un chef de haut vol, les accords mets/vins/musique sont toujours magnifiquement équilibrés.

 

Note : vous pourrez revoir ce « dîner concerté » le 2 octobre 2022 à Villefranche-sur-Saône. Pensez à réserver.

 

Hervé Salamone, Guillaume Pluton (en remplacement de Jeff Baud), Christophe Metra, Vincent Stephan: trompettes, bugles ; Pierre Baldy-Moulinier: trombone, flûte, bugle, compositions, direction ; Olivier Destéphany, Jean Crozat: trombones, tubas; Vincent Ollier: tuba ; Boris Pokora, Hervé Francony, Eric Prost, Antoine Bost: saxophones ; Sylvain Félix: saxophones, clarinette basse ; Hervé Humbert: batterie ;Fabien Rodriguez: percussions ; Basile Mouton: basse ; David Bressat: claviers ; Bruno Simon: guitare ; Olivier Biffaud: son ; Dudu: lumières

* nous avions chroniqué la version concert en 2017 (voir ici)

 

Pour finir, à l’attention de Pierre Baldy :

Ont collaboré à cette chronique :

X