(69) Rhône

30/04/2022 – Mon International Jazz Day à Lyon

Avec plus de soixante concerts annoncés pour cette édition 2022, inutile d’espérer la performance de l’exhaustivité, alors j’ai choisi de pérégriner sur Lyon.

10h30 – Médiathèque de Vaise : 500 miles

La médiathèque de Vaise a noué depuis de nombreuses années un partenariat avec le C.R.R. de Lyon et organise régulièrement concerts et conférences.

Ce matin deux formations sont au programme.

Tout d’abord un trio d’élèves du CRR : 500 Miles : Emilien Gouleme: guitare ; Henock Kona: lead, basse six cordes ; Julien Ducruet: batterie. Ce trio déjà aguerri reprend des standards “Parce que c’est le jazz day et qu’il faut jouer des standards” (!) (I’ll be seeing you ) et nous propose également des compositions originales.

11h15 – Médiathèque de Vaise : Atelier Metheny/Brecker du C.R.R.

Hugo Rinville: piano ; William Séverin: guitare ; Noé Desmares: basse ; Jeanne Oslo: voix ; Maxime Thomy: sax alto ; Elvin Mikaelian: batterie ; Seokhwan: violon

Ce septet reprend des morceaux de leurs deux idoles Pat Metheny et Michael Brecker. Bonne pioche! On reconnaît entre autre Choices ; Midnight Voyage (bien swinguant et très étiré). Les arrangement font une belle place aux vocalises de Jeanne Oslo.

12h00 – La Mistura – Johnny Borgas Quartet

La Mistura, un bar musical du 3ème, présente un programme qui va de midi à 23h.
Pour commencer le Johnny Borgas Quartet (Mathieu Genelot: saxophone ; Fanny Bouteiller: contrebasse; Malo Thiery: batterie ; Aimé Charmot: piano)
Peu de monde hormis quelques amis venus encourager les musiciens, alors ils en profitent pour faire tourner quelques standards (Monk , Benny Golson, …) et caler deux ou trois détails. Et puis le public arrive par petites touches et le concert débute « pour de vrai ». Des reprises où la rythmique fait montre d’un joli swing pour accompagner le sax ténor de Mathieu Genelot.

14h00 – Hot Club de Lyon – Jet Whistle

Une longue journée en perspective pour le vieux club de Lyon qui va faire défiler les concerts de 14h à point d’heure.

Pour débuter, la flûtiste Fanny Martin a réuni autour d’elle un quintet de jeunes musiciens qui porte déjà un nom Jet Whistle Encore une fournée du CRR : Fanny Martin: flûte ; Jules Regard: trombone ; Adlane Aliouche: piano ; Théo Fardele: basse ; Elvin Mikaelian: batterie.

Une première composition, Pet, nous plonge dans un univers très particulier de jazz contemporain , avant Les Robots qui suit et où la flûte est bien trafiquée avec des effets. Fanny envoie avec une belle énergie qui gagne vite le public. Jules et Adlane en remettent une couche. Que voilà un set joliment démarré et quelle belle découverte.

Folie débute d’une façon psychédélique avec synthé et distorsions et se poursuit par dans la même veine.

Sur Océan Jules et Fanny entament aux chœurs avant de reprendre leurs instruments pour ce blues groovy.

Trois un trois un nous renvoie à une musique puissante et rythmée ou Elvin Mikaelian joue un rôle central et mouille bien la chemise.

Pirates achève le set avec force synthé et effets encore avant de revenir à des choses plus normales mais bien vitaminées.

16h00 (?) – Ninkasi Guillotière  – Swing Gum

Prestation un peu décevante que celle-ci. Elle débute avec plus d’une demi-heure de retard alors que les horaires sont serrés, je m’attendais à une démonstration de lindy-hop. En fait quelques danseurs de l’école sont venus s’échauffer sur la place Jutard avant de faire une initiation avec les quelques spectateurs présents au son d’une sono pauvrette.
En tous cas cela a bien amusé les rares badauds de voir des gens danser dans la rue.

18h00 – fanfares à Villeurbanne

Villeurbanne « capitale française de la culture 2022 » organisait pour de Jazz Day une journée entière avec des fanfares. J’ai fait un saut du côté du TNP vers 13h00, impossible de trouver une fanfare ni personne pour m’indiquer où elles étaient. J’essaierai plus tard !

J’y retourne à 18h00 pour le regroupement. Cela se passe dans une nouvelle friche en face des gratte-ciel, aménagée avec des containers qui font boutique, des potagers collectifs. A l’heure dite la fanfare « Bitume Orchestra » de l’E.N.M. composée d’adolescents nous offre quelques titres comme Le lion est mort ce soir repris par le public venu nombreux. Un moment sympathique et populaire.

19h00 – Jack Jack – Big Band de Bron

Cet ensemble dirigé par Raphaël Minfray, trompettiste bien connu de nos lecteurs, nous a proposé un petit set bien enlevé avec The indrebibles une BO de Pixar ; Almost like being in love avec un jeune chanteur prometteur Diego ; Four (de Miles) qui « pète » bien. Fever puis Perhaps, perhaps, perhaps confortent l’ambiance chaleureuse et festive de ce concert. Pour finir fort naturellement sur Feeling good. Des amateurs bien décontractés et en forme, comme on les aime. A suivre le chanteur Diego.

19h30 – Jack Jack – Atelier Jazz du conservatoire de Vaulx en Velin

L’atelier jazz du conservatoire de Vaulx en Velin prend la suite. Cela fait à peine un an que Raphaël Minfray a eu l’opportunité de ramener du jazz dans cette école. Actuellement moins d’une dizaine d’élèves venus du “classique” ont pris le risque d’une telle voie. Ils nous offrent des grands classiques Sunny, Estate, Summertime… mais arrangés par Raphaël.

20h15 – Ninkasi Gerland – Wonder Collective

La grosse production de la journée. La scène du Ninkasi Kafé est belle et bien équipée. Et le programme est bien racoleur dans le bon sens du terme : un hommage à Stevie Wonder monté par le chanteur Pierric Tailler. Son Woco (Wonder Collective) n’a d’autre but que de reprendre les plus grands tubes du « Little Genius ».
La scène est très enfumée et éclairée à contre-jour. Arrive le batteur et le percussionniste. On devinera plus tard qu’il s’agit de Kevin Borqué et Matthieu Manach. Ils entament quelques notes de ce que l’on reconnait de suite pour Master Blaster … ça commence bien ! Arrivent les musiciens  et choristes qu’on distingue à peine puis la lumière se fait avec l’arrivée du chanteur. Et c’est parti pour un gros show wonderien (Pastime paradise ; My Cherie Amour ; Part time Lover ; Isn’t she lovely ; Sir Duke etc. pour finir sur un évident Superstition). Ça envoie du lourd tout du long.

Pierric Tailler: voix ; Kévin Borqué: batterie ; Sofia Hamaï,Noet Mi: : choeurs ; Swann Vuillermoz: trombone ; Mathieu Manach: percussions ; Thibault Galloy: sax baryton ; Guillaume Pluton: trompette ;  Alexi Ponçot: claviers ; Jan Julian: guitare ;  Mathieu Picard: basse

21h00 – Ninkasi Saint-Paul – Triorganik

Retour a quelque chose de plus concis avec ce concert organisé dans une petite arrière salle  du Ninkasi Saint-Paul. Les dîneurs de devant peuvent toucher l’orgue.

Encore un trio de jeunes musiciens de talent dans un format plutôt rare: orgue , violon et batterie. Au clavier Adlane Aliouche déjà vu en début d’après-midi au Hot Club de Lyon, à la batterie Julien Ducruet vu ce matin à Vaise et du leader au violon Joseph Bonneton.
Le set débute par un standard I fall in love to easily pour continuer sur des compositions des uns ou des autres. Plusieurs styles comme cette valse très manouche ou ce Briche d’Adlane qui viré barré assez vite.

Blues in the closet est bien sûr un blues mais nos trois protagonistes se sont bien amusés à le déstructurer.

Retour à un standard, Blue in green de Miles Davis.
Avant de finir ce premier set par une composition de Julien Projection d’insécurité.

Le second set est placé sous le signe des reprises. Les trois s’amusent, et le public -bien qu’il s’agisse d’un restaurant- est plutôt attentif et réceptif.

Seul bémol, le volume peu en rapport avec l’exiguïté du lieu.

 

Bilan de la journée, de nombreux trajets dans Lyon et environ 50 km en scooter pour quelques bons moments.

 

Ont collaboré à cette chronique :

X