(38) IsèreJazz Club de Grenoble

05/05/2022 : Origlio – Reine – Desiderio – Alem au Jazz Club de Grenoble

L’une des grandes qualités d’ Alfio Origlio est de découvrir de jeunes talents, de les faire évoluer, de composer des morceaux où ils auront leur place et de faire évoluer le jazz par la même occasion.

Nous avions ainsi découvert Alem, champion du monde 2015 de human beatbox, le 20 octobre 2016 au campus de Saint-Martin-d’Hères dans le cadre du Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival.

Ce soir, dès Last Call, puis encore pour Corner Pocket, après une introduction au piano, Alfio passe au fender, la guitare électrique chante harmonieusement, la batterie s’anime. Utilisant sa bouche, ses cordes vocales, sa gorge, son souffle, Alem marque le tempo alors que ses bras, ses mains et ses jambes, son corps tout entier, scandent la partition.  Un vrai spectacle musical à lui tout seul !

C’est le 03 mars 2018, dans le cadre de Jazz en Lisière à Champagnier, organisé par le jazz club de Grenoble, qu’Alfio nous a fait découvrir Zaza Desiderio [NdlR : bien connu des Lyonnais]. Ils ont collaboré maintes fois depuis cette date.

Ce soir, Zaza est un pilier du groupe. Sur un morceau très sentimental, Sérénade à Loulou, le groupe a choisi de mêler tendresse et rudesse. C’est là le point fort de Zaza. Le tempo est marqué sur le refrain mélodieux. La guitare clame sa douleur, vibrante. La batterie, vivante, apporte tantôt douceur, tantôt détresse et rage. Le beatboxeur s’affole puis le quartet s’apaise.

Plus récemment, le 24 mars 2022 au jazz club de Grenoble, Noé Reine à la guitare électrique, s’est produit avec Alfio, après l’avoir déjà rejoint pour quelques morceaux en 2017.

Ce soir, c’est en accompagnant Alem au hang, qu’il donne toute sa mesure. Ils chantonnent d’abord What a Wonderful World. Alfio, au piano, fait discrètement couler ses notes. Zaza à la batterie les rejoint avec force. La guitare se déchaîne, vivement applaudie par le public, suivie par un solo de piano alerte.

On le retrouve à la guitare acoustique pour un Mac Do, C’est Fini, composition d’ Alfio.

Les compositions d’Alfio emplissent le concert avec une grande variété. C’est ainsi qu’en fin de soirée, nous jouissons sur Tantine la Roue (c’est le nom donné à la fille qui sort avec un gars qui fait du tuning). Zaza précise qu’au Brésil on l’appelle Maria Gazoline. De grands rires éclatent dans la salle.

Suivra, après une introduction libre au piano, énergie, rythme et souffle scandé du beatboxeur. Le groupe est déchaîné ! Alfio le mène jusqu’à l’extinction !

Ce quartet étourdissant, mené par la créativité de son mentor, a maintenant un nom : NAZA, comme Noé, Alfio, Zaza et Alem. Un groupe d’excellence capable d’innovation qui a envoyé ses fusées avec allégresse, pour le plus grand bonheur du public.

 

 

Alem: beatbox; Zaza Desiderio: batterie; Alfio Origlio: claviers : Mini Moog, Fender Rhodes; Noé Reine: guitare électrique

Ont collaboré à cette chronique :

X