Le duo de Rita Payés et Elisabeth Roma a été annulé à la dernière minute pour cause de Covid.

Fort heureusement Benjamin Tanguy a fait fonctionner son carnet d’adresse et a pu trouver au pied levé une solution de remplacement avec le trio LadyC.

 

Clémentine Vacher que nous n’avions pas vu depuis des années a fait évoluer sa voix qui se prête désormais très bien au répertoire soul choisi. Un brin de raucité, un peu de vibrato et surtout beaucoup de conviction. Elle s’accompagne au clavier (sans partition).

La reprise de Kiss de Prince est sympathique et le trio assure grave. Ceci augure d’un bon moment. Les têtes et les pieds bougent bien dans le public, c’est bon signe et les cent soixante chaises de Cybèle sont prises d’assaut comme les gradins.

Stany Jardel assure un groove efficace avec sa basse et vient soutenir la chanteuse par des chœurs ciselés. Quant à Elmo de Souza il assure une rythmique précise à la batterie. Le trio est solide.

On Broadway rappelle à tous de bons souvenirs ici même à Vienne.

Clémentine ne cache pas sa passion pour Prince et nous livre une ballade poignante Sometimes it snows in April.

Retour à George Benson avec Moody’s mood.

La version de Nothing compares autre morceau de Prince et immortalisé par Sinéad O’Connor est bluffante de sincérité.

Le set se finit sur un tube de Stevie Wonder, il en fallait bien un et ce sera I Wish.

Ce trio s’est présenté devant le public de Cybèle sans préparation et a remplit le contrat haut la main. Bravo !

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

X