(38) IsèreJazz à Vienne

03/07/2022 – Louise Jallu en solo à Pipet

Dimanche 3 juillet, réveil à 05h15 … ça pique un peu. Je me prépare fissa et file dare dare à Vienne pour le « Marathon du jazz » qui débute au lever du soleil (enfin presque) avec un solo de Louise Jallu sur l’esplanade de Pipet qui domine le Théâtre Antique de Vienne, toute la ville et la courbe du Rhône. Vue imprenable et toujours aussi superbe.

Je ne serai pas seul puisque près de deux cent cinquante personnes ont fait le déplacement ; près de trois fois plus que l’année passée avec les concerts de Lionel Martin et Audrey Podrini. Les (bonnes) habitudes sont prises.

La bandonéoniste rappelle que nous fêtions le centenaire de la naissance d’Astor Piazolla l’année passée … et que nous allons poursuivre sa célébration ce matin.

Elle ne rejouera pas les morceaux de Piazolla comme le faisait Astor, elle les considère comme des standards et se les réapproprie pour les adapter avec sa sensibilité. Pendant près de trois quarts d’heure elle nous offrira ses versions des compositions du maître, que l’on retrouve dans son superbe album « Piazolla 2021 ».

Parmi les pièces entendues nous reconnaîtrons Oblivion et l’incontournable et indispensable Libertango.

Louise Jallu émaillera son concert de citations d’Astor Piazolla ou d’anecdotes.

Pour le rappel elle nous propose une composition À Gennevilliers en hommage à cette ville qui a créé les premières classes de bandonéon en Europe il y a une trentaine d’années.

Encore une fois ce concert dès potron-minet a été un succès (merci la météo) et nous sommes nombreux à regretter qu’il n’y en ait qu’un seul cette année.

Ont collaboré à cette chronique :

X