(69) RhôneLes Nuits de Fourvière

07/07/2022 – Vincent Peirani & Fred Faula « Insight » aux Nuits de Fourvière

Vincent Peirani est un musicien labellisé « jazz », Fred Faula est un danseur labellisé « hip hop ». Ces deux-là se sont rencontrés et ont échangés sur leurs arts respectifs. De cette rencontre est né l’idée d’une fusion, d’un partage. Bien sûr musique et danse vont bien ensemble, Euterpe et Terpsichore en témoignent depuis des siècles.

Une troisième larronne est venu s’interposer dans le dialogue, la muse sans nom de la vidéo. Vincent Peirani et Fred Faula ont imaginé un spectacle où les trois sont réunis et d’une manière fort habile.

Extinction des lumières de la grande salle de La Renaissance à Oullins.

Noir total sauf une très petite veilleuse en fond de scène à cour. Un écran transparent occulte toute l’ouverture de la scène. Cela permet l’affichage d’un texte d’introduction et le titre des chapitres. L’accordéon commence à chanter doucement. A jardin débarque un corps au ralenti. Le mouvement est très lent sans aucune saccade, une poursuite lumineuse l’accompagne. Tout le reste est plongé dans le noir. Fred Faula est un corps de caoutchouc dont les différentes parties bien que reliées semblent douées d’une grande indépendance. Le dialogue corps/musique s’installe. Les choses se mettent en place. Des animations vidéo en blanc viennent compléter le dispositif. C’est ingénieux et esthétique.

Changement de chapitre, Vincent Peirani est venu s’installer en bord de scène à jardin. Fred Faula danse avec son double virtuel en vidéo qui occupe tout l’écran, il joue aussi avec une faible lumière qui douche le centre de la scène. Son corps parfait est mis en évidence. Les gestes sont coulés et maîtrisés. Nous sommes transportés par tant de grâce et de performance.

Vincent devient espiègle (comme on le connait) et chahute son danseur, c’est amusant.

Un second écran descend des cintres et nous avons droit à une séquence contre-jour plus violente avant de retomber dans le calme du dialogue.

Pendant près d’une heure-et-demie nous avons pu assister à une performance difficilement imaginable. Les deux artistes ont exploré les frontières de leurs arts pour en proposer une relecture  partagée. Un régal.

 

Ont collaboré à cette chronique :

X