(38) IsèreJazz à Vienne

13/07/2022 – Elsi Etna – Concert « chansigné » à Cybèle

Cybèle! La déesse! Le Forum de jazz tous les étés à Vienne.

Cybèle! Elsi, Cybèle, Elsi! L’homophonie me trotte dans la tète! Elsi à Cybèle! C’est promis, je ne raterai pas l’évènement!

Elsi Etna! Le Volcan à Cybèle. Un volcan tout en énergie  et en douceur! Elsi Etna a lentement progressé du jazz qu’elle  découvre à quatorze ans, aux musiques métissées de ses origines. Après avoir été influencée par Diana Reeves, Chet Baker, Marcus Miller et quelques autres, Elsi décide de poursuivre son apprentissage. Elle se perfectionne dans quelques écoles de jazz, les conservatoires de Montpellier et de Lyon en département jazz. Lauréate de plusieurs concours (Jazz à Vannes, Deuxième prix du concours de Crest Jazz vocal, récemment nominée au Rolex Mentor-Protégé 2022-2024), elle affirme son goût pour les musiques métissées. Et nous retrouvons aujourd’hui ce métissage afro-caribéen dans ses compositions.

Nous entendrons ce soir plusieurs de ses compositions qui mettent en lumière les problématiques qui lui tiennent à cœur comme l’environnement (Vini Soley , Belyia for Gaïa qui est un hymne à la terre, Full Moon), la quête de l’essentiel (Dharamanessance) l’essentiel « qui fait qu’on est en paix avec soi même, les autres, et le reste de l’univers, les rapports humains (Rendez-vous, Papa loko, les enfants: La pli Paka mouyé yo). Ce répertoire de compositions originales, ce soir a été complété par deux thèmes traditionnels (My foolish heart et Afro blue) mais fortement revisités dans des rythmes ancestraux afro caribéens où le 12/8 fait entendre sa dynamique, dans une polyrythmie subtile et chaloupée, à faire pâlir nos fanfares.

Rendons ici hommage aussi à l’équipe de musiciens chevronnés qui accompagnent Elsi: Marc Priore au piano qui proposera quelques chorus remarquables, Diego Lipnizky à la guitare (fantastique chorus man), Damian Nueva à la contrebasse d’une solidité à toute épreuve dans des mesures parfois complexes et Bagho Baltazar aux percussions qui amène ses couleurs.

Des couleurs, nous en avons durant tout ce beau voyage, intitulé « Until the Sun », à commencer par la belle robe d’Elsi Etna, sa voix sensuelle et riche, ses compositions originales, la chorégraphie des deux « interprètes », Laëty Tual et  Séverine Michel qui ont permis que le concert soit « chansigné », pour les malentendants et qui a emporté notre conviction.

Nous sentons Elsi Etna rayonnante, libérée dans son rapport à la scène, aux autres, au monde et nous sommes immergés dans son univers fait de magie et de tendresse. Le concert passe trop vite. Elsi Etna, un volcan de paix, de musique et de douceur.

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

X