(26) DrômePoët Laval Jazz

24/07/2022 – Moutin / Omicil / Moutin au Poët Laval Jazz/s Festival

« Le jazz, c’est la liberté », dirait Lou Ravi* de service, égaré au pied de la scène du Poët Laval Jazz/s Festival pour ce dernier concert de la fournée 2022. Souffleur émérite, Jowee Omicil n’a pourtant rien d’un ange Boufaréou, malgré ses saxophones, clarinette, fifre et autres aérophones dont il use à l’instinct. M.O.M (pour Moutin/Omicil/Moutin), réunit le multi-instrumentiste aux inséparables jumeaux de la scène du jazz : François Moutin à la contrebasse et Louis Moutin à la batterie.

Le trio n’a qu’une devise : pas de convention, pas de limite, tout à l’écoute, à l’interaction et à l’imagination. Autant dire que les Moutin Brothers sont à leur affaire sur ce terrain ; sans même échanger un regard, ils martyrisent le tempo, bifurquent sans crier gare du hard bop le plus volcanique au calypso le plus chaloupé, puis prennent le cap du funk. Jowee Omicil est heureux comme un poisson dans l’eau. Aux traits rageurs taillés à la serpe succèdent les douces mélodies d’une ballade, et quand les deux frangins s’évadent dans leurs ébats musicaux, il arpente la scène à la manière de Miles Davis, lance à point nommé des petites phrases avec l’instrument qu’il a en main, tenant la dragée haute aux triples croches qui défilent sur la contrebasse et sous les baguettes au tempo de 160 à la blanche (si si, c’est possible !). Et quand un incident technique prive le trio de sa grand-mère, nous avons droit à un duo batterie-saxophone soprano époustouflant. Jowee Omicil est également un adepte du hip-hop, dans lequel il entraîne ses compagnons pour un MOM blues qui part très loin du blues.

M      O      M is the name to retain
1        2       3           the MOOOOOM

Pour sûr qu’on se rappellera de ce set tonitruant, instinctif, fauve. En fait, très free ; on y revient…

Pour sûr aussi qu’on se rappellera de cette édition du Poët Laval Jazz/s Festival, qui affiche un sans faute du début à la fin.

 

* Lou Ravi est le santon naïf qui n’apporte à la crèche que son émerveillement démonstratif et communicatif, et dont la spécialité est d’égrener force banalités à longueur de Pastorale.

Ont collaboré à cette chronique :

X