(26) DrômeCrest Jazz Vocal

04/08/2022 – Raphaël Lemmonier & La Trova Project au Crest Jazz

Trova ; trouvères ; troubadours l’idée est de faire circuler les idées et la culture, d’aller à la rencontre de l’autre. Avec ce projet Raphaël Lemmonier tente le rapprochement de différentes musiques populaires en s’abolissant des frontières (voir la chronique de Bernard Otternaud).

Ainsi le blues ne se cantonne pas au Deep south ou à Chicago  

Ce projet consiste à nous faire revisiter d’autres versions du blues à travers principalement le monde hispanophone. Le concert débute avec un Dos gardenias qui met les poils aux premières mesures chantées par Eliène Castillo Borrero qui non seulement incarne instantanément cette musique par la seule magie de sa voix mais en plus, sans forcer, elle joue de la clave d’une façon indispensable.

Chan Chan est habillé façon blues avec le renfort de la guitare rugueuse de Rémi Charmasson. Dès l’entrée en piste des chanteuses on retrouve nos petits.

On change d’île avec un morceau créole Petit Brin Doux.

On revient à un tube avec Alfonsina y El mar entamé par Lilian Bencini qui nous livre un solo qui masque bien ce qui va suivre avant que n’intervienne la chanteuse Clara Tudela dans une interprétation flamenco. Émotion et intensité sont au rendez-vous. Vers la fin du morceau les autres musiciens rentrent quasi subrepticement dans le jeu. Une version remarquable de ce morceau très joué.

On passe par un chachacha pur sucre avant d’évoquer Erik Satie dans Satie Bolero. Oui, oui, Erik Satie !

Puis Raphaël Lemonnier annonce un hommage à Edith Piaf avec Non je ne regrette rien que Raphaël fait durer.

Enfin, il se retrouve en trio piano-basse-batterie pour un « vrai » blues lent qui vire au cubain sans changer de tempo.

Que voilà un projet où la fusion est le maître mot.

 

Raphaël Lemonnier: piano, direction musicale ; Rémi Charmasson: guitare ; Eliène Castillo Borrero, Clara Tudela: voix ; Lilian Bencini: contrebasse ; Daniel Ochoa Licero: batterie, percussions

Ont collaboré à cette chronique :

X