(26) DrômeParfum de Jazz

17/08/2022 – Conférence « Jazz et Danse » à Parfum de Jazz

Pierre-Henri Ardonceau, membre de l’Académie du Jazz, inaugure le cycle de conférences et de projections de cette édition de Parfum de Jazz. 

Il a choisi d’évoquer « la danse et le jazz » dans le septième Art.

Plusieurs danses « jazz » se sont succédées : cakewalk, charleston, lindy-hop, swing…

Très tôt dans le XXème siècle, Bill « Bojangles » Robinson introduit les claquettes au music-hall puis au cinéma. Pierre-Henri Ardonceau nous présente quelques artistes : Cora La Redd ; Duke Ellington himself (au piano)  et les danseuses Bessie Dudley et Florence Hill. Un des grands moments est celui du film « Le petit colonel » où Bill Robinson fait un duo avec la toute jeune Shirley Temple. Les stars des claquettes seront sans conteste les Nicholas Brothers (Fayard & Harold) qui font leur première apparition en 1936 et surtout leur show incroyable dans « Stormy Weather » sous la baguette de Cab Calloway (1943). On retrouve un regain d’intérêt pour les claquettes avec le film « Cotton Club » de Coppola (1984) avec les frères Hines.

Côté lindy-hop cela passe inévitablement par les Marx Brothers et un extrait fameux de « A day at the races » (1943) et surtout le fantastique extrait de « Helzapoppin' »  (1941) avec les Whitey’s Lindy Hoppers.

Du côté des « Blancs » à claquettes on retrouve Fred Astaire avec ou sans Ginger Rogers où Gene Kelly, et l’inévitable « Singing in the rain ».

Côté danse swing on passe sur quelques danseurs comme Tucker « The Snake » ou Little Buck , Bill Bailey (précurseur du moon-walking  en 1950).

On ne peut évoquer la danse et le jazz au cinéma sans s’arrêter sur un extrait du Livre de la Jungle  de Walt Disney (1967).

Et en cadeau pour la fin, Jean-Paul Boutellier présente une captation vidéo des Nicholas Brothers dans les années 90 à Lyon où ils rejouent en direct une de leur scène mythique.

 

Ont collaboré à cette chronique :

X