(26) DrômeParfum de Jazz

19/08/2022 – Natalia M.King à Buis-les-Baronnies pour Parfum de Jazz

1/%/%/%/4/%/1/%/5/4/1/5 ou 1/4/1/%/4/%/1/%/5/4/1/5 ou 1/4/1/5m-1. 7 ème/4/4#dim/1-2m/3m-6.7 ème/2 m/5/1/5….

Autant de chemins ( harmoniques) qui mènent au blues ou que le blues emprunte pour dérouler son chant, sans compter le blues suédois de Charlie Parker, les mélopées en mineur. Chant rural ou urbain, à la sauce rock, funk ou Jazz, gospélisé, folkisé, balladisé. Avec des ponts romantiques comme sait le faire Damien Argentieri qui accompagne la chanteuse Nathalia M. King. C’est finalement toujours le même blues, cet art indémodable. Celui que je préfère, c’est le shuffle, qui met en avant la guitare slide et l’orgue ronflant. Un blues rude, avec un poil d’overdrive, qui t’emporte, venu des chants de travail, auxquels les machines outils de la société industrielle naissante ont fini par donner cette forme et ce rythme. Étrange chant dans lequel se greffe tous les sentiments du monde.

La chanteuse à la voix profonde et puissante le porte avec incarnation, poigne et amour. Parlons-en, tiens, de cet amour, puisqu’elle nous pose la question : « Do you know what love is ? » C’est la première fois qu’un ou qu’une artiste sur scène en parle de manière crédible et juste. Aimer, dit elle, c’est d abord se respecter soi même, être soi. Incontournable pour aller vers l’autre. Elle parle en expérience. Ça change du blues bon teint qui voudrait qu’on se donne la main, message chrétien vide de sens. Avec son groupe, elle convainc. Et met le feu.

Autour d’elle, que du beau linge : quel groove chez le pianiste, quel professionnalisme chez le guitariste Ludovic Bruni. Le bassiste François Bernat et le batteur Vince Laurent font la paire, bien calés au fond du temps. Un band idéal pour déclamer son chant revendicatif et communicatif. Voilà une artiste qui a une vraie place dans ce monde du blues, souvent masculin et si caricatural. Good vibrations ! Gros son ! Et pas seulement. Il y a ce message de la chanteuse, qui passe par la voix du guitariste : ose, prends des risques. Me reviennent les paroles de Nietzsche, sur l’ouverture à l’autre et la prise de risques comme le seul chemin possible vers l’individuation.

Un blues porté loin. Peu d’artistes le mettent en avant de si belle manière.

Ont collaboré à cette chronique :

X