(74) Haute SavoieClermont Jazz Festival

27/08/2022 – European All Stars au Clermont Jazz

Cela fait un paquet d’années que le Jazz Club d’Annecy cherchait à inviter le saxophoniste Antonio Hart, c’est chose faite ce soir grâce au pianiste Olivier Hutman qui avait le contact.

C’est surprenant d’appeler une formation « European all stars » alors que ses deux principales vedettes sont américaines : Jim Rotondi à la trompette et Antonio Hart au sax alto. Qu’importe nous prenons avec gourmandise.

On retrouve donc pour l’Europe Olivier Hutman au piano ; Bernd Reiter à la batterie ; Aldo Zunino à la contrebasse et Fulvio Albano au sax ténor : France ; Autriche et Italie.

En guise d’intro le sextet reprend Chick’s tune une œuvre de jeunesse de Chick Corea et le fait tourner pendant pas moins de vingt minutes histoire de se chauffer et de nous en mettre plein les oreilles et les mirettes en mode be-bop. C’est gagné. On sait que l’on va passer un excellent moment.

Avec Pensativa de Freddie Hubbard, encore une fois le thème est abordé et ensuite chacun y va de son improvisation tout en restant dans l’esprit du morceau. Une rythmique redoutable et efficace qui permet aux soufflants de se stimuler en toute confiance.

Et puis les soufflants s’éclipsent et nous laissent un bon moment avec le trio. Toujours avec une belle énergie et un rythme soutenu.

Antonio Hart est un remarquable soliste, nous l’avions remarqué aux côtés de Roy Hargrove ou d’autres. Quand il ne joue pas c’est un spectacle à lui tout seul. Il écoute attentivement ses comparses et ne peut s’empêcher de vivre ce qu’il ressent par des mimiques et des encouragements. Sympa !

Fulvio s’attribue Darn that dream. Jim une autre ballade, idem pour Antonio. Match nul ! … mais avec les honneurs.

Changement de cadence avec un Stars fell on Alabama interprété avec une grande sensibilité de part et d’autres.

Rappel sur Scotch and water de Jo Zawinul avec un premier chorus de Fulvio suivi de Jim à la trompette bouchée et enfin d’Antonio qui cite puisqu’il est en France Frère Jacques ! Les soufflants laissent la scène au trio, Antonio danse en rythme à cour. Aldo prend enfin un solo très applaudi.

Ont collaboré à cette chronique :

X