(26) DrômeParfum de Jazz

27/08/2022 – Orchestre National de Jazz – Saint Paul Trois Châteaux pour Parfum de Jazz

Ce ne sont pas moins de quatre projets que l’Orchestre National de Jazz dirigé depuis 2019 par le guitariste et compositeur Frédéric Maurin présente au gré de ses concerts, finalement peu nombreux de part chez nous ; il faut dire également que réunir en big band, une telle palette de talents confirmés du jazz hexagonal, ce n’est pas si simple.
Pour l’International Jazz Ladies Festival 2022, le programme « Rituels » allait de soi, puisqu’il met en lumières les voix singulières d’Ellinoa, de Leïla Martial et de Linda Oláh, pour un parcours musical de tableaux sonores. Inspirés de textes anciens de folklores de divers continents ; par essence, le voyage est garanti, le programme du jour comprendra six tableaux composés par Ellinoa, Sylvaine Hélary, Leïla Martial, Grégoire Letouvet et Frédéric Maurin.

J’ai l’impression que nous sommes nombreux à attendre Ellinoa que nous avions découvert à Buis-les-Baronnies en 2019 à la tête de son Wanderlust Orchestra pour un concert exceptionnel (voir ici), sa Naissance(s) de la nuit sera du reste l’œuvre la plus intéressante avec la Femme Délit de Leïla Martial.

Les œuvres sont éminemment collectives mais laissent cependant un peu de place à quelques beaux solistes : le saxophoniste Julien Soro, la clarinettiste Catherine Delaunay, le violoniste Guillaume Roy et bien évidement les quatre voix du band dont le baryton lyrique Romain Dayez.

« Rituels » est une œuvre collective de recherches plus proches de celles de « l’ensemble inter contemporain » que de celles de Maria Schneider, de Carla Bley, de Toshiko Akiyoshi ou de Lorraine Desmarais pour rester dans l’univers des Ladies de Parfum de Jazz. Les commentaires iront bon train au sortir du concert comme une bataille d’Hernani, mais elle n’est pas récente, de ceux qui auront aimé les compositions/ambiances de l’ONJ et de ceux qu’elles auront laissé perplexes, insensibles voir irrités.

Un peu dommage que ces rituels-là concluent polémiquement le programme de l’édition 2022 du Parfum de Jazz, un concert plus festif aurait très certainement été préférable. En souhaitant ardemment que l’équipe réuni autour d’Alain Brunet trouve les solutions financières pour qu’une vingt-quatrième édition soit envisageable puisqu’il semble que faute aux attentes de dotations non tenues, l’équilibre ne sera pas trouvé cette année…

Direction : Frédéric Maurin avec : Ellinoa (voix), Leïla Martial (voix), Linda Oláh (voix), Romain Dayez (voix), Catherine Delaunay (clarinette, cor de basset), Julien Soro (saxophone alto, clarinette), Fabien Debellefontaine (saxophone ténor, flûte), Fabien Norbert (trompette), Christiane Bopp (trombone), Didier Havet (tuba, trombone basse), Stéphan Caracci (vibraphone, marimba), Rafaël Koerner (batterie), Grégoire Letouvet (piano), Elsa Moatti (violon), Guillaume Roy (alto), Juliette Serrad (violoncelle), Raphaël Schwab (contrebasse).

Ont collaboré à cette chronique :

X