(74) Haute SavoieClermont Jazz Festival

28/08/2022 – Stochelo Rosenberg & Jermaine Landsberger Quartet au Clermont Jazz

Encore une fois le château de Clermont est un lieu de retrouvailles. Stochelo Rosenberg a gardé un souvenir ému de son passage en 2000 avec Romane.

Ce soir le voici avec un musicien improbable, Jermaine Landsberger, un « pianiste manouche » ; c’est aussi improbable qu’un Dorantes « pianiste gitan »*.

Soit !

 

On nous avait vendu un pianiste « manouche » avec Stochelo Rosenberg à la guitare. On se disait que ça allait être encore un concert de swing manouche de haut vol certes mais du manouche quand même.

D’ailleurs les deux premiers rangs on été investis par des membres de la famille d’Alsace, d’Allemagne et d’ailleurs, un môme est venu avec sa guitare des fois qu’il y ait une fenêtre pour échanger quelques notes. On ne pouvait pas se tromper !

Mais j’aurais dû comprendre en voyant la liste des accompagnateurs : Darryl Hall et André Ceccarelli … forcément ! Ils ne font pas dans le manouche ces deux-là.

En fait ce soir j’ai entendu du jazz tout court, du swing … et du bon!

Les deux vedettes sont donc accompagnées par des fines lames de la scène jazz : Darryl Hall à la contrebasse et André Ceccarelli à la batterie. Cherchez pas … il n’y a pas mieux!

Ils viennent nous présenter un petit bijou passé assez inaperçu « Gipsy Today » paru en 2020 (avec des apparitions de Didier Lockwood)

Le set débute par une reprise de Kurt Weill, September song. Dès les première notes le swing s’installe et ne quittera plus la scène. Evidemment les cordes de la guitare vibrent à folle allure mais le piano n’est pas en reste et nous découvrons, sous les traits d’un camionneur baraqué, un pianiste tout en finesse. La contrebasse et la batterie ponctuent avec bonheur le jeu des cordes.

Après la surprise initiale, Stochelo Rosenberg annonce une première composition Made for Isaac (en l’honneur de son fils) puis une composition de Django Reinhardt : Blues clair qui sera joué à leur manière. Stochelo annonce une seconde composition Memories for Bridget (il s’agit de sa fille). Retour à Django avec Anouman, une de ses dernières compositions, probablement la plus bop.

Leur version de Poinciana est un pur régal.

Puis une valse … qui n’en est pas une … quoique : Double Jeu.

Et pour finir une composition de Jermaine Landsberger Gypsy Today qui a donné son titre à leur album très réussi.

 

Le rappel se fera sur Nuages, nous en manquons cruellement. Très vite cela vire sur un version plus jazz que manouche comme le fut cet admirable set.

 

*: et pourtant quel duo il a formé avec Renaud Garcia-Fons !

 

 

 

 

 

 

 

Stochelo Rosenberg: guitare ; Jermaine Landsberger: piano ; André Ceccarelli: batterie ; Darryl Hall: contrebasse

Ont collaboré à cette chronique :

X