(38) IsèreGrenoble-Alpes-Métropole Jazz Festival

30/09/2022 – Foehn Trio + Daïda au Grenoble Métropole Alpes Jazz Festival

Soirée d’ouverture du Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival vendredi 30 septembre à  l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences de Meylan.

Jérôme Villeneuve, le directeur de l’Hexagone depuis moins d’un an et Hervé Bodeau, le responsable de communication du Festival nous rappellent tout le bonheur d’accueillir le festival à l’Hexagone pour une soirée hors du commun à la frontière du jazz et des musiques électro.

 

Fœhn trio & Malo Lacroix

La soirée commence avec Foehn Trio, formation rhônalpine que nous suivons déjà depuis quelques années, qui nous présente en avant-première son troisième album « Eléments » qui sortira officiellement le 20 Janvier.

L’expérience scénique de cette soirée va au-delà d’un concert, c’est une performance née de la rencontre entre le trio et le réalisateur scénographe, Malo Lacroix, qui déploie ses visuels dans lesquels l’eau, l’air, la terre et le feu sont les éléments fondamentaux.

Fœhn Trio apparaît comme le cinquième élément, tel le vent chaud balayant les sommets des Alpes du Nord, soufflant sa musique, insufflant la vie et donnant vie à la matière. Tantôt calmes et chaud tantôt tempétueux, ils nous emmènent au-delà des frontières du jazz avec des compositions aériennes et des rythmiques oscillant entre acoustique et électronique, leurs racines jazz n’étant jamais très loin dans les mélodies du piano et le phrasé de la contrebasse.

Cet ensemble délivre une expérience audiovisuelle qui évoque et questionne notre perception terrestre face aux bouleversements météorologiques actuels et à venir, et nous emporte le temps d’une soirée dans un songe musical ensorceleur.

Ce premier set se termine par un accueil très chaleureux du public visiblement conquis par ce projet.

Foehn Trio présentera cette création le 17 décembre prochain à Lyon.

Avec

  • Christophe Waldner : piano, claviers
  • Cyril Billot : contrebasse, claviers
  • Kevin Borqué : batterie
  • Malo Lacroix : vidéo

 

 

Daïda

La soirée devait initialement se poursuivre en extérieur avec le quintet Daïda. Avec la pluie qui avait envahi la capitale des Alpes vendredi nous étions heureux de poursuivre avec eux cette soirée au chaud à l’intérieur, la neige n’était pas loin.

Daïda distille un jazz électrique et progressif tel qu’il s’invente et se joue aujourd’hui. Le groupe est précurseur d’un nouveau jazz français, moderne et vivant, qui emprunte aux musiques actuelles leur énergie.

Daïda a remporté en 2021, le prix du meilleur groupe du très convoité Concours National de Jazz de la Défense. Ils ont parcouru les scènes de plusieurs festivals depuis, notamment la Défense Jazz Festival en Juin 2022 et Marciac en Juillet.

Le quintet délivre une musique détonante, pleine d’énergie, basée sur une rythmique solide appuyée par la batterie de Vincent Tortiller, et sur des lignes de basses plus ou moins répétitives de Samuel F’Hima à la contrebasse qui peuvent faire penser à de la transe.

Le jeu fougueux et ensorcelant des solistes, avec Arnaud de Casanove, grand technicien de la trompette, Antonin Fresson à la guitare et Auxane Cartigny aux claviers contribue à cette ambiance planante de transe electro.

Cette musique est de la création à l’état pure, elle se vit et se ressent. A découvrir en live pour en décupler les sensations.

Ont collaboré à cette chronique :

X