(42) LoireRhinoJazz(s)

19/10/2022 – Laurent Bardainne & Tigre d’eau douce au Fil pour le RhinoJazz(s)

Je fumais tranquillement mon cigare sur la terrasse du Fil à Saint-Etienne avant le début du concert. Quelle ne fut pas surprise de découvrir en rentrant dans la salle qu’il y avait de la concurrence. Le bar et la salle baignaient dans un épais brouillard.

20h45, Les musiciens de Laurent Bardainne arrivent. On peine à les distinguer. Je suis en charge des photos … ça va pas être facile !

Le « lighteux » est cinéphile et installe une ambiance “Quai des brumes” voire “Nuit et brouillard” et n’en démordra pas durant tout le concert, sur instruction de Laurent Bardainne. Du rouge, du vert, à fond , à contre, pas de lumière de face. C’est dommage le public aurait bien aimé voir un peu plus les musiciens.

Qu’importe il nous reste la musique. Et heureusement elle est bonne.

D’emblée un gros son avec des morceaux de “l’Hymne au Soleil” le dernier album du groupe (Oiseau ; La vie la vie la vie ) (voir ici la chronique de Michel Clavel) ou du merveilleux album de 2020 “Love is everywhere” (Kinshasa ; Félin méchant). Une rythmique aux petits oignons et Arnaud Roulin à l’orgue Hammond et aux synthés

La formation déroule ses morceaux qui développent une superbe énergie empreinte d’afrobeat, d’electro-soul et de mélodies entêtantes (Le vent les arbres et les oiseaux m’encouragent inspiré du Facteur Cheval)

Comme me l’indique Roger Berthet on se plaît à rappeler que Bardainne est l’un des derniers disciples de Gato Barbieri (Gato, le chat) ce qui expliquerait cette attirance pour les félins.

Le set s’achève sur Hymne au soleil magnifiquement entamé aux congas par Fabe Beaurel Bambi excellent de bout en bout du set.

Pour le rappel nous aurons droit comme lors les boums d’antan à un magnifique slow langoureux.

 

Laurent Bardainne: saxophone ténor ; Arnaud Roulin: orgue Hammond ; Sylvain Daniel: basse ; Philippe Gleizes: batterie ; Fabe Beaurel Bambi: percussions

Ont collaboré à cette chronique :