(38) Isère

20/10/2022 – Jasual Cazz aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu

Le trio a été choisi pour figurer pour un titre sur l’album sorti cette année par Jazz à Vienne et le label Heavently Sweetness, PastAndFuture.

Une compilation a toujours quelque chose de subjectif, mais aussi de frustrant. Jasual Cazz, c’est vraiment bien, c’est même très bien. A plus d’un titre : un univers singulier, enrichi des influences du jazz moderne américain, à la Robert Glasper, une implication totale, qui vous porte, une entente musicale parfaite, qui fait se demander même si les trois musiciens ne sont pas connectés, reliés par un même fil, une intelligence musicale qui joue des silences, un groove qui fait du bien.

Quatre ans que le projet existe, qui amène ces trois artistes, anciens élèves de l’ENM pour certains, vers de belles scènes. Ils gagnent à jouer et à être reconnus.

La jeunesse ne fait pas la modernité. Elle y contribue. C’est surtout par leur approche de la musique qu’ils se distinguent de leurs ainés. La fusion des genres, incarnée d’abord par le batteur, est une marque de fabrique de leurs compositions. Scotché par le jeu de Japhet Boristhene, félin des peaux, grand technicien et artiste doué. Admiratif de la précision du bassiste Théo Boero, au gros son, et à l’énergie pure. Enthousiasmé par le pianiste Pierre Louis Varnier, roi des voicings, magnifique jeu harmonique et rythmique, et improvisations débridées.

Les trois sont dans une connivence et un bonheur de jouer. Un sans faute aux abattoirs, et un plaisir non feint. Tout ce dont rêve un public, affamé de nouveautés, et de sincérités.

Ont collaboré à cette chronique :

X