Un soir de pluie, Suzanne passa par Le Périscope. Maëlle Desbrosses à l’alto, Pierre Tereygeol à la guitare et Hélène Duret à la clarinette basse prirent place, Pierre lança un « Bonsoir à tous ! », les musiciens s’accordèrent et la guitare attaqua Max’s house accompagnant les voix aériennes du trio avant que le morceau ne devînt instrumental pour se conclure chanté, voire sifflé par l’altiste. Spectatrice installa des dialogues croisés entre les instruments avant que les vocalises ne revinssent. La présentation de Her place near the river, nous rappela qu’il s’agit de la seconde partie du premier vers de la chanson de Leonard Cohen… Suzanne. Un nouveau territoire y fut exploré sur un rythme plus soutenu qu’installa la clarinette basse, l’archet délaissant les cordes de l’alto pour se reposer sur le pupitre.

Avec un art consommé du changement de rythme et un sens aigu de la rupture, le trio continua son voyage entre folk acoustique et jazz de chambre, sans nous présenter les deux morceaux suivants. N’oubliant pas de remercier toute l’équipe du Périscope, en particulier Julien aux lumières et Lucas au son, Hélène nous annonça le dernier titre. Where is Frank, subtil hommage à Frank Zappa, s’ouvrit par un solo de Maëlle et se poursuivit tout en finesses instrumentales.

Après des applaudissements nourris et un bref passage derrière le rideau, le trio revînt pour sa reprise d’une chanson du folklore américain, Satisfied Mind, maintes fois interprétée, entre autres par Ella Fitzgerald, Joan Baez, Johnny Cash ou Jeff Buckley (n’avait-il pas immortalisé Hallelujah de Leonard Cohen ?). La boucle était bouclée !

Suzanne nous avait emmenés écouter les sirènes, enchantés grâce à son originalité, sa belle complicité, ses compositions affûtées. Mais il nous faudra patienter car l’album n’est pas encore enregistré. C’est prévu pour cet hiver. Sa sortie est annoncée pour le printemps.

On ressortit de la salle. La pluie avait cessé. Trottoirs et chaussée étaient mouillés. Ce fut une bien agréable soirée… On avait bien fait de se laisser guider par notre curiosité !

Ont collaboré à cette chronique :

X