(69) Rhône

31/01/2019 – We Are 4 à l’Espace Albert Camus de Bron

Ce soir on découvre un nouveau groupe à la composition originale. Deux jazzmen au firmament, un bassiste à cheval sur la variété et le jazz et un rappeur vedette.

Le concert débute sur un Afroblue bien trafiqué par Sly Johnson.

Derrière les trois experts se font velours.

La basse lourde et élégante de Fifi Chayed, s’impose ; Laurent de Wilde au Fender Rhodes s’envole et bien sûr André Ceccarelli garde le tempo.

On change de registre avec un reggae. Cela semble tout naturel.

Arrive Riverman de Nick Drake où Sly Jonhson travaille sa voix à la façon d’un Al Jarreau. Un prodigieux vocaliseur alors qu’on avait l’habitude de le cataloguer chez le beat boxers et autres rappeurs.

On bascule ensuite sur un thème de Stevie Wonder très (dés)arrangé où Sly part en duo avec André, ce qui ne manque pas d’amuser ce dernier vu son sourire hilare.

Au cinquième morceau on bascule sur du hip hop soutenu par une mélodie complexe qui oblige Sly à des sauts vocaux bien maîtrisés.

Fifi et André quittent la scène, Laurent lance une intro au Fender Rhodes … ça sera Georgia. Tempo minimaliste et pourtant un groove gros comme ça !

Mauvaise surprise quand Sly passe à son looper il y a un bruit assez moche sur sa voix. Qu’importe il en profite pour partir en Impro sur “what’s going wrong with this machine” et il réussit à embarquer le public dans sa galère en mélangeant voix, beatbox, scratch et autres fadaises.

“don’t ever do this again to me” lance t’il à son électronique.

Parfaite transition pour Don’t, une chanson en mode afrosoul où l’on retrouve Sly en version Al Jarreau. Et enfin un chorus de basse, ça slappe grave.

On passe à la Great American Black Music avec What’s going on de Marvin Gaye. Sly vit la chanson et occupe un bel espace en se l’appropriant, une très belle version, très originale.

Pour le rappel les quatre font une incursion dans un funk bien rythmé.

Ce nouveau projet traduit bien la perméabilité du jazz et son ouverture toute naturelle à d’autres esthétiques. Quand c’est fait avec talent il n’y a rien à redire.

We are 4 : ils sont forts!

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X