(38) IsèreVoiron Jazz Festival

Apéro Jazz PGCD au Bar PMU de la Buisse pour le Voiron Jazz Festival

Le bar PMU de La Buisse, très accueillant avec sa grande salle aux couleurs claires et son patron aux petits soins pour bien installer les festivaliers, reçoit ce soir le quartet PGCD, P pour Pierre, G pour Guillaume, C pour Claude et D pour Damien, tout simplement. Ces musiciens amoureux de rythme, d’échanges, en bref de jazz, nous offrent plusieurs de leur compositions et quelques standards correspondant à leur feeling.

Le concert commence sur un morceau de circonstance, Comme le Soleil, écrit par Claude. Le sax soprano, très présent, est éclatant, la rythmique très vive. De nombreux jeunes enfants, assis près de l’orchestre, sont très attentifs.

Suivra Tzigane de la jeune batteuse et compositrice française Anne Paceo. Le sax souffle longuement sur un tempo assez marqué. Sur un solo de batterie très enlevé, la discussion s’engage avec les battements de la basse. Celle-ci, sur un solo recherché, lance la dynamique de la batterie et du piano.Les enfants, heureux, tapent des mains!

Plus tard, la tendresse du sax alto accompagne la rythmique qui pianote avant de devenir de plus en plus puissante! Les baguettes se font plus douces, les doigts de Pierre, agiles, parcourent le clavier avec précision et délicatesse pour Fuet, de sa composition.

Mon préféré est une composition de Claude,Tonton Rémi, introduite sur un tempo un peu tranquille. L’ambiance s’échauffe. La batterie, bien grave, hachure la mélodie. Puis, ça repart, avec vigueur et joie tandis que le sax explose! Enfin, la batterie trottine…

Sur Dream of the Elders de Dave Holland, un solo de basse bien grave amène le refrain du sax qui chantonne avec tendresse.

Grana Od Bora, un thème traditionnel serbe, apporte tout sa convivialité. Le sax fredonne joyeusement. On se balance… Le piano, précieux, roule, s’envole, séduit, nous entraîne de plus en plus loin… le sax reprend sa rengaine enjouée. L’ensemble danse à petits pas.

La soirée se termine follement avec Friday Night (at the Cadillac Club) de Bob Berg. Rythme, pirouettes, les petites notes rapides du piano enthousiasment. Un solo de basse trépidant lance le swing très haut! On danse avec le sax!

Quelle belle soirée avec ce jeune quartet très prometteur qui a ravi le public de cet apéro jazz. 

Claude Froulin: saxophones alto et soprano; Damien Pinek: basse; Pierre Schlefer: piano; Guillaume Teix: batterie

Ont collaboré à cette chronique :

X