Chronique de livre

« Bucket of blood », de Steve Potts & Michel Edelin

Malgré son titre, Buckett of blood (Baquet de sang)  n’est pas un polar. Ce petit livre (pas cher, 11€)  écrit en collaboration avec le flûtiste Michel Edelin  est un recueil de conversations du bout de la nuit au bar des  7 Lézards , club de Jazz Parisien aujourd’hui disparu. Steve Potts s’y produisit chaque mercredi de 1998 à 2011 .

Le Jazz c’est lavie ,sa vie qui défile : Buddy Tate, l’éveilleur ; Charles Lloyds, son mentor,  l’initiateur ;  Herbie Hancock, Wayne Shorter, Tony williams, Dolphy, Sam Rivers, Chico Hamilton, ses compagnons de route. Les anecdotes foisonnent : Monk danse dans la rue pendant que son groupe assure le gig a l’intérieur du club, Sonny Rollins joue Three little words trois heures sur un tempo d’enfer, Miles fait rugir les lions a Paris. Lee Morgan s’endort  au studio entre ses solos. Le tragique est aussi présent : destinée d’Oliver Johnson batteur SDF, meurtre de Lee Morgan. Plusieurs pages sont dédiées à Steve Lacy son complice de vingt ans. C’est une petite bibliothèque de jazz ce livre, une vie de jazzman !

 Les 7 Lézards ont fermé. Steve a pris sa retraite. Après sa musique, il  nous lègue ses souvenirs grâce a un étonnant éditeur Guillaume Belhomme. Fondateur des éditions « Lenka Lente » petite maison courageuse. La preuve : sur son catalogue  on trouve Jackie MacLean , Eric Dolphy, John Coltrane, Moondog, et les deux Monk de l’excellent Jacques Ponzio. Merci Mr Belhomme !

Aux dernières nouvelles il ne reste que onze exemplaires disponibles de Bucket of Blood.

 

http://www.lenkalente.com/product/bucket-of-blood-de-steve-potts

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X