« Le jazz c’est comme les bananes …»
Sartre

…c’est un balancement sur les arbres, comme dans un hamac…
(anonyme du XXI siècle)

 

 

Elle est douce cette chaleur du dernier CD de Michael Cheret, elle est douce et tranquille, chaude comme un souffle tropical, joyeuse comme une mousson bienfaisante, une humidité bienfaitrice , elle dé-confine les humeurs, décrispe les agacements, bref nous rend à nous même, après la mauvaise passe, et vient comme un baume, une leçon de sagesse, une méditation, une réconciliation s’il en était besoin.

Car il est l’heure des nouveaux projets, des nouveaux départs. Michael (saxophones ténor et soprano), à l’occasion des événements sanitaires que vous savez, a pris le temps de jouer «en live»- in vivo- avec les potes du coin : Alfio Origlio au piano électrique ou acoustique, Brice Bererd à la contrebasse. Le projet d’un CD de compositions à germé. Il manquait une touche féminine pour mener à terme le nouveau né. C’est la douce, pugnace, créative Elvire Jouve qui était disponible pour les fûts, les caisses, et les cymbales. Un chouette casting, et une belle équipe réunie pour le voyage au pays du « jazz avec un sombrero ».

Caliente* c’est donc le titre du premier thème, une samba dans la pure tradition brésilienne et le titre éponyme du CD. On y danse comme Ava Gardner dans la Nuit de l’Iguane. En pressentant que l’amour pourrait se poser.

Il y a du Stan Getz dans le son du ténor, et ce n’est pas un hasard, cette volupté recherchée. Le Fender Rhodes  d’Alfio déroule sa plage de couleurs dans la baie de Puerto Vallarta. «Attention si tu danses» ; le danger s’accroît dans ce mambo sensuel au soprano , où la proximité des corps en exil pourrait devenir explosive (comme Elvire le montre en concert).

La piu bella del mondo,propose  une  belle ballade au bord de l’eau ; Plume c’est l’envolée dans les sons stratosphériques du Fender. Et si le diable se cache dans les Détails, il y avait lieu d’y déployer le feu plus soutenu des chorus : Alfio Michael, Elvire s’en donnent à cœur joie, pendant que Brice ne se contente pas de « tenir la baraque »mais pulse à tout va. La Weird samba (ou samba bizarre) n’hésite pas à passer à cinq temps. Le RV ici ou là aide à se libérer un peu de la mémoire, et SBH, comme l’a noté Chantal Hardy, c’est aussi le Sourire et la Bonne Humeur des Antilles, et pas seulement les initiales de l’aéroport de Saint Barthélémy.

Bref, Caliente aidera à passer l’hiver. C’est un CD de soleil et de vacances, au bonheur communicatif.

 

 

*Titre teaser de l’album Caliente par Michael Cheret en quartet avec Alfio Origlio, Elvire Jouve et Brice Berrerd. Disponible en CD, 15€ à la commande par mail à mikcheret@hotmail.com ;

vous pouvez l’écouter sur les plateformes numériques suivantes Spotify , Deezer , Music, Amazon Music, Itunes store, quobuz store  ou encore en vous reportant aux liens suivants :

https://bfan.link/caliente-mc  ou  https://youtu.be/k35L13yhLT8

 

Voir aussi la chronique du concert de sortie d’album au Jazz Club de Grenoble le 04/11/2021 par Chantal Hardy

Ont collaboré à cette chronique :

X