chronique de CD

« Cheval de Troie » d’Amphitryo

Encore un beau voyage à partager en bonne compagnie ! En route pour découvrir le nouveau projet que m’a transmis Pierre Baldy-Moulinier dont je fis la connaissances dans les 90’s avec le groupe très funky  Blues de Vache… Nos routes se sont croisées au fil des décennies avec une belle diversité d’univers : L’Œuf Big Band en grand format, Le Big Band Jazz de l’E.N.M. de Villeurbanne en qualité d’enseignant-chef d’orchestre ou le solide Novo Quartet ( https://www.jazz-rhone-alpes.com/171117-novo-quartet-jazz-en-bievre/ ) pour n’en citer que trois !

Depuis que je fréquente la planète jazz, le trio m’a toujours semblé être la formule idéale qui permet de rester perpétuellement en équilibre. Amphitryo réunit donc Pierre Baldy-Moulinier aux trombone, bugle, trompette, tuba et flûte, Sylvain Félix aux saxophones et à la clarinette basse, Nicolas Frache aux guitare et basse. Le nombre trois semble avoir été le moteur de ce voyage en douze (4 x 3) escales au pays des mythologies méditerranéennes composées par les deux soufflants. Les choix instrumentaux varient les plaisirs en offrant diverses combinaisons où chacun peut être soliste avant de se retrouver rythmicien. 

L’album s’ouvre sur le titre éponyme Cheval de Troie en démarrant en douceur. Les séries de Pythagore est une courte et virevoltante transition vers Les Ménades 1 (Bacchantes chez les Romains) qui se nourrissent d’accords délicats et de rythmes syncopés. Éclairage apporte son brin d’étrangeté et célèbre puissamment l’arrivée de la fée électricité.  Astreios 2  est forcément plus spatiale et spéciale en une grosse minute ! L’étalon d’Achille démontre la faculté du trio à se démultiplier pour jouer la carte de la puissance sonore. Niaule boléro marque un retour à plus de légèreté à consommer sans modération ! La marche du Minotaure 3 est aisée en se payant le luxe d’une paradoxale légèreté en toute quiétude.  Volution se construit autour de motifs spiralaires du plus bel effet. Momentanément à voir s’ouvre agressivement pour se poursuivre en caresses. Les forces d’Héphaistos nous offrent un court moment rock’n roll... Agamemnon est un brillant final qui se conclut habilement pour susciter comme une envie de reprendre l’écoute. 

Avec des musiciens de cette trempe, ne manquant ni de souffle, ni de doigté, les cinquante quatre minutes (3x 2) de ce Cheval de Troie permettent de constater que quelques répétitions et concerts et autres séances d’enregistrement aboutissent à un bien bel album à écouter tranquillement (il semblerait qu’on en ait le temps…) juste pour le plaisir. Quand d’aucuns ont pris la mauvaise habitude de consommer la musique en zappant dans la jungle de leurs mp3 compressés, puissent d’autres prendre le temps de profiter de belles productions comme ce premier album d’Amphitryo enregistré et mixé cet hiver,  sorti le 10 avril. ( https://www.paniermusique.fr/les-cds/4378-cheval-de-troie-amphitryo-3760231769943.html

1 https://www.youtube.com/watch?v=bD6cxCuhHk0

2 https://www.youtube.com/watch?v=fcp17iU22G0&fbclid=IwAR3Fn4M7rgIcePFY6Spqhl1vRuXdza7MZK3cTkcQwIeGV2W5wDhqo5FjW3k

3 https://www.youtube.com/watch?v=oT-xweDA9r0&fbclid=IwAR2zdieb1zRskqbDerrRFneZQpXJ9IZWIfyeVJ5Ir2AMGdBhUgtcoF38pG0

Ont collaboré à cette chronique :

X