chronique de CD

Dziano & Ranaldi Chronique CD 12/01/2019

Dziano & Ranaldi : Chonique CD  Live 2018

 

Familier des salles et clubs de la région  mettant régulièrement du blues à l’affiche, Tomek Dziano (guitare et chant) et Stéphane Ranaldi (batteur) viennent de publier leur premier album tout simplement appelé « Live » pour rendre compte des conditions d’enregistrement en direct à l’Hiboubox  de Villard de Lans.

Rodée par près de  quinze ans sur les scènes  de France et d’Europe, les deux complices ne pouvaient accoucher que d’une galette incandescente brûlant de toute sa brillante surface du blues le plus authentique, fleurant bon le Mississippi et les bayous de la Louisiane.

Presque naturellement c’est le natif de Clarksdale (Mississippi), le grand John Lee Hooker qui est à l’honneur dans cet album en signant trois reprises sur les onze titres du disque dont les deux morceaux d’ouverture : Standing by the way side qui met bien en avant les riffs de guitare de Tomek Dziano alors que la batterie reste discrète en second plan, sur Roll & Tumble enchaîné directement les couleurs blues sont plus appuyées tant par la guitare que la batterie alors que la voix de Tomek transporte généreusement toute la palette émotionnelle du pur blues. On atteint des sommets techniques et émotionnels avec la troisième composition de John Lee Hooker sur le classique I’m gonna keep on walking.

D’autres grand noms du blues font également l’objet de reprises sur ce live notamment J.B. Lenoir avec Talk your daughter dont Dziano & Ranaldi  donnent ici une version bien charpentée, Willie Dixon avec You can’t judge a book  (composition qui connut aussi le succès par  Bo Diddley et par les Yardbirds) et sans oublier un autre natif du Mississippi James « Son » Thomas et son Beefsteak blues et bien sûr Junior Wells et son Early in the morning immortalisé en duo avec Buddy Guy. L’album comprend aussi deux compositions originales de Tomek Dziano  ( BackBiters et Going down south) qui prennent tout naturellement leur place aux cotés de celles des grands maîtres du blues déjà cité et qui montrent que le blues peut aussi parfaitement se conjuguer  de ce côté-ci de l’Atlantique.

Les deux autres titres pas encore évoqués ici, tout en se parant des couleurs blues dont Dziano & Ranaldi ont la recette ont pour origine des compositeurs qui ont établi leur réputation dans un cadre autre que le blues c’est le cas de Fats Domino avec son Going back home tomorrow  et de Tony Joe White avec Rainy Night in Georgia qui s’inscrivent plus dans la tradition louisianaise du rythm and blues de la Nouvelle Orléans et du swamp rock. La reprise  de Rainy Night in Georgia peut se décoder comme un hommage à Tony Joe White récemment disparu lui qui ces dernières années se produisait principalement sur scène en duo guitare batterie comme Dziano & Ranaldi qui porte ici très haut cette composition.

En résumé : un répertoire judicieusement choisi par des musiciens rodés à la transmission de la flamme blues. Attention disque profondément addictif !

Pour se procurer l’album adresser un mail à :  dzianoranaldi@gmail.com

Ont collaboré à cette chronique :

X