chronique de CD

« Inicial » de Vladimir Torres

Je m’voyais déjà, vendredi 17 avril 2020 , muni de mon petit carnet, sur ma chaise du premier rang, au pied de la scène du Hot Club, mais la vie a choisi de me mettre en touche pause… Vladimir Torres devait y présenter, en trio, son nouveau projet, une semaine avant la sortie de l’album Inicial. Heureusement, les facteurs courent encore les rues et le cd est arrivé dans ma boîte aux lettres. J’avais découvert le contrebassiste quand il était venu au Bémol 5 compléter l’Herencia trio ( https://www.jazz-rhone-alpes.com/190207-herencia-trio-au-bemol-5/ ) du pianiste Ewerton Oliveira, le troisième larron étant le percussionniste Gustavo  Ovalles. On l’a revu au côté de Marion Roch à La Boîte à Gants l’an passé puis il y a quelques semaines à À Thou Bout d’Chant, tour de chant où il troque parfois sa contrebasse contre la basse ou la guitare. 

Ce premier album accueille, par ordre d’apparition, le batteur Tom Moretti, le saxophoniste Christophe Panzani, le pianiste Martin Schifmann et le flûtiste Damien Groleau.

Pour Inicial, il n’utilise que sa contrebasse Mirecourt du XIXè siècle. Rassurez-vous, ses plages sont tout à fait actuelles ! Si le titre est espagnol, voyons y tout simplement une évocation des origines uruguayennes  du musicien désormais franc comtois. Les enregistrements ont été captés au mois de décembre à Dijon puis mixés à Besançon. Neuf compositions originales et une reprise se succèdent dans une production inspirée et soignée.

5 dias de primavera (5 jours de printemps) est une tonique invitation au voyage où le sax soprano et le Fender Rhodes suivent le tempo soutenu de la rythmique. 

Nuevo comienzo (nouveau départ) offre une structure plus variée alternant vigueur et sérénité avec l’arrivée du piano, de la flûte et du bansuri.

Seule reprise, seul titre en trio contrebasse/batterie/piano, le Blackbird de Lennon et McCartney est une nouvelle affirmation que jazz et pop savent faire bon ménage quand le talent est là !

Balade en amoureux et/ou ballade amoureuse, M.R. voit l’arrivée du sax ténor qui parfait la douceur acoustique de l’arrangement.

Le contraste est saisissant avec Interlude 4 : No anticipes (n’anticipe pas) qui évolue entre l’âpreté du ténor et la rugosité du Fender Rhodes que soutiennent contrebasse et batterie avec vigueur.

Plus léger, plus syncopé, avec sa flûte aérienne et son Fender Rhodes chaleureux,  A Gabriel solo le gusta bailar (Gabriel aime juste danser) suscite effectivement un désir de déhanchement.

Bien évidemment, Contrarriba met en valeur, en solo, les possibilités de la contrebasse et des effets qu’on voit fleurir aux pieds des musiciens permettant la démultiplication de l’artiste et Vladimir en profite pour faire le meilleur usage de son archet.

Retour de la formule contrebasse, batterie, piano, flûte qui assurent le swing délicat et montent en puissance dans l’Interlude 5 : One for the Darkness (un pour l’obscurité).

Un piano solitaire ouvre The Leaving (le départ), rejoint par le soprano, la contrebasse et la batterie pour une ballade d’une belle fluidité.

La conclusion qu’apporte Stange Ways (d’étranges manières) n’a pas volé son titre avec son introduction où s’affrontent  sonorités synthétiques générées par le batteur, cordes de piano frottées, batterie percussive, ténor strident, Fender Rhodes martelé que la contrebasse finit par apaiser, sans les anéantir, pour mettre, non pas un point final à l’album, mais des points de suspension comme les BD en plusieurs tomes et leurs « à suivre… »

La diversité des univers visités, des orchestrations, des rythmes font de « Inicial » un petit régal de jazz que Vladimir a su peaufiner en compagnie de musiciens qu’il a su mettre en valeur… Ceux-ci le lui rendent bien. Dès le 24 avril, faute de disquaire, vous pouvez en faire l’acquisition chez son éditeur : http://www.horizonviolet.com/vladimir-torres-trio-inicial/.

Soyons dans l’air du temps, il a aussi son site internet ( http://www.vladimirtorres.com/ ), sa page Facebook ( https://www.facebook.com/vladimirtorresofficiel/ ) , sa chaîne Youtube                       ( https://www.youtube.com/channel/UCSnyhleuIhAJ88B0LwAL6mQ ), son compte Instagram ( https://www.instagram.com/vladimir_torres_bassist/ )…

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

X