Voilà près de dix ans que Manu Goodman et Hugo Crost sont des très fidèles animateurs des JAZZ JAM SESSIONS DU SIRIUS, les mardis soir, presqu’en silence sans que nous ayons dit le talent qu’ils offrent à faire le boulot, presqu’inlassablement et en tous les cas avec sourire et bienveillance.

Evidemment bien sûr il y a des soirs où les invités prévus ou visiteurs de la dernière heure sont « prestigieux », venus boire un verre et retrouver les potes, échanger les derniers potins et les nouveaux plans, quelques solistes remarquables du moment se présentent, à ce moment là il n’est même pas besoin de demander un quelconque CV ou lettre de recommandation, ça l’fait forcément même si d’emblée Le Standard est immanquablement le langage commun. Mais d’autres fois, il faut bien le faire et selon l’expression consacrée : « c’est pas d’la tarte… », certes, mais la tarte il faut la faire… Accueillant avec une indulgence naturelle les novices venus des conservatoires qui osent monter sur la scène, ils jouent le jeu, corrigent les rythmes, adaptent les tonalités pour que ça coule tout simplement aux oreilles des auditeurs pas forcément très attentifs, ils gardent le sourire même s’ils ont envie de dire : « stop, on reprend, après le pont… ». Manu est un Real Book vivant en vérité, il sait tout et dans tous les styles, il n’a jamais besoin de son smartphone pour relire les accords et lorsqu’il joue pour lui, il sait développer, remodeler et tout simplement jouer avec personnalité, sa désinvolture est désarmante. Je me souviens l’avoir entendu un soir accompagner en solo Thaïs Lopes de Pina, cette très belle chanteuse bien trop discrète qui sait tout de la musique de l’âme, ils se sont lâchés, entendus, c’était un beau moment d’émotion. Hugo quant à lui est plus présent sur d’autres scènes, lorsqu’on est batteur il faut nécessairement des compagnons. Sa frappe est sûr, son rythme funky à souhait, il pratique cette batterie que ceux des jazz dit rock ont développé, oui mais il y met de plus un souffle qui le distingue, là où d’autres n’ont que la technique, lui donne le groove.

Bref ces deux là forment une paire brillante de la scène lyonnaise des jam sessions et au-delà, le Sirius reste leur base…    

Un peu parti un peu naze

J’descends dans la boîte de Jazz

… /…

Si c’était la chance de ma vie

J’me lance allez tant pis ¯

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X