Il fallait affronter une authentique “stormy weather” pour embarquer sur la péniche ce soir et une fois à l’abri il y avait comme une impression de tempête à voir les tourbillons menaçants du fleuve qui entouraient l’embarcation et entendre la pluie sur la toiture, mais le plateau annoncé était tellement “étonnant” que les aficionados habituels ont répondu présents.

Nos hôtes devenus réguliers pour notre plus grand plaisir avaient l’excellente bonne idée de convoquer Mark Priore, en pianiste devenu un peu trop rare dans notre contrée. Il faut dire que son grand talent désormais célébré par ses pères est propice à susciter de grands voyages, Camille Thouvenot contrebasse et claviers ce soir et Zaza Desiderio à la batterie ont les partitions de Mark sous les yeux, pas de standard au menu, rien que de l’original “fait main”. C’est un voyage vers un univers personnel qui nous est donné, le gros son de contrebasse qui ronronne et la batterie légère, élégante et vigoureuse aussi posent les bases des improvisations de Mark. Un brin brésilien en ouverture, les rythmes médiums, vifs et de ballades se suivent avec une même atmosphère harmonique langoureuse, voir romantique, très affirmée pour chacune des compositions. Camille a apporté son orgue, les duos sont désormais possibles orientant l’affaire vers un jazz plus électrique aussi. La météo menaçante du moment s’est indéniablement apaisée l’espace du concert avec un goût très prononcé de “encore”, ce soir nous n’avons pas tout dégusté…

Ont collaboré à cette chronique :

X
X