201109

Le mot de la Rédac’

210412 – Edito n° 859

Lundi 12 avril 2021 – N° 859

 

Nous sommes toujours sous le couvercle à jongler avec des attestations mais de bonnes nouvelles commencent à tomber avec, la même semaine, l’annonce de deux festivals : Jazz à Cours et à Jardins à Lyon en juin et le très attendu Jazz à Vienne pour sa quarantième édition du 23 juin au 10 juillet. Voir ci-dessous.

 


Il semblerait que le son en live se rapproche. Pas trop tôt :


Du côté des festivals

Du 4 au 13 juin : Nonobstant les contraintes et la morosité ambiante, la petite équipe de Jazz à Cours et à Jardins, « le seul festival de jazz de la Métropole Lyonnaise », pousse sa mascotte et présente une programmation réduite mais existante pour le début du mois de juin. On retrouve quelques habitués du festival comme le flûtiste Miche Edelin où l’Orchestre Dixieland de la Musique de l’Artillerie (pour faire plaisir à des personnes qui adorent, on en connait). On va surtout découvrir des musiciens peu connus amenés par les partenariats divers noués avec le festival. Comme par exemple Natalie Greffel chanteuse et multi-instrumentiste, ou le joueur d’aérophones basses et ultra-basses (rien que cela ça intrigue) Daniel A. Schmidt. Le blues fait son apparition cette année avec Jack Bon & the Buzmen. D’autres formations sont également annoncées pour ce festival gratuit en itinérance dans des endroits peu connus de Lyon.
Et même quelques dates pour le JazzDay (le 30 avril), en live, dans des lieux d’accueil de public empêché avec le ]FD’A[ Quartet.
 

Ca y est, ça commence à bouger du côté de Jazz à Vienne qui a annoncé une bonne partie de sa programmation du Théâtre Antique pour sa quarantième édition. Une édition pas aussi rutilante que les organisateurs l’auraient souhaitée mais la Covid 19 est passée par là et les incertitudes rôdent toujours. Pour l’instant rien sur Cybèle ni au Club de Minuit. Les scènes gratuites s’ouvriront peut-être en fonction des premiers résultats de la billetterie, à suivre d’ici la fin du mois ou début mai.

Revenons au Théâtre Antique. La jauge sera limité à quatre mille spectateurs assis avec distanciation entre groupes de publics (couples, familles, amis) et les gens seront placés. Avec on l’imagine le protocole sanitaire « qui va bien ».

Innovation en 2021, certaines soirées seront dédoublées : il s’agit des blockbusters qui remplissent bien : Marcus Miller et Ibrahim Maalouf. Ces deux artistes promettent des concerts légèrement différents d’une soirée à l’autre.

Quelques belles soirées de jazz en perspective :

Tout d’abord ce qui a attiré notre attention c’est le passage d’Avishaï Cohen en trio avec Shaï Maestro et Mark Giuliana (lundi 5 juillet). Un trio reconstitué. Le 23 juin 2008, quasi inconnu du public à l’époque, il devait passer en première partie de Diana Krall, et une fâcherie l’avait transformé en duo contrebasse piano, ce qui n’avait pas empêché Avishaï Cohen de casser la baraque et de faire de l’ombre à la star Krall (voir ici la chronique du 28/06/2008). Cette soirée du 5 juillet  sera suivie d’une carte blanche à Vincent Peirani.

Un hommage à Michel Petrucciani qui promet de belles chose  (mardi 29 juin) avec aux pianos Laurent Coulondre qui a sorti récemment un très bel album dédié à son idole, Franck Avitabile et Jacky Terrasson. Ils seront entourés entre autres d’ André Ceccarelli, Géraud Portal, Flavio Boltro… ça fait déjà envie. Et en première partie Brad Mehldau en solo. Rien que ça. Vous faites quoi le 29 juin au soir ?

L’édition 2021 ouvre sur un autre blockbuster qui va finir par avoir son rond de serviette ici : Jamie Cullum. Il sera précédé par Anne Pacéo et son « Bright Shadows ».

L’Afrique sera à l’honneur le vendredi 25 juin avec Salif Keïta, Keziah Jones et Julia Sarr .

Le 27 juin avant Maalouf nous aurons le plaisir de voir enfin Laurent Bardaine et Tigre d’eau douce qui nous avait offert « Love is everywhere » un des albums les plus remarquables de l’année 2020.

Le lundi 28 juin le Théâtre Antique risque d’être bien plein puisque Ibrahim Maalouf assure sa seconde soirée et qu’Erik Truffaz invite le rappeur Sly Johnson et la chanteuse Andrina Bollinger que l’on a découverte sur son dernier album.

Mercredi 30 juin Thomas Dutronc fera son show (y’en a qui aiment) et ensuite place à Kyle Eastwood et son « Cinematic » qui pour l’occasion invite Hugh Coltman mais encore Camille Bertault qui se fait tranquillement sa place au soleil.

Il va être difficile de rester assis le jeudi 1er juillet avec la soirée composée de Deluxe et une première à Vienne : Nubiyan Twist.

Le lendemain, idem, ça va être caliente pour une soirée « Cuba » avec Richard Bona & Alfredo Rodriguez puis Roberto Fonseca qui invite Kenny Garrett.

Le 4 juillet grosse soirée puisqu’on verra Manu Katché puis Marcus Miller qui invite le jeune prodige français Tom Ibarra.

Le lendemain Marcus Miller à nouveau, mais avec cette fois un autre prodige dans un autre genre, le tubiste Thomas Leleu (une référence mondiale). mais aussi Kobanté et la chanteuse guadeloupéenne Malika Tirolien , ainsi qu’ un certain Michael League bien connu des amateurs de Snarky Puppy.

Le mercredi 7 juillet honneur aux dames avec trois chanteuses : Liane La Havas ; Imany et la toute jeune Arlo Parks.

Le vendredi 9 juillet grosse soirée blues avec pour la première fois à Vienne Paul Personne mais aussi Zac Harmon qui attendait cela depuis trois ans (mais passé entre temps au Rhino) et les Lowland Brothers.

Le lendemain, samedi 10 juillet, c’est la dernière soirée et donc la traditionelle All night jazz qui débutera par le lauréat du tremplin 2019 : Léon Phal Quintet, puis une création en hommage à Randy Weston avec Cheick Tidiane Seck qui invite Majid Bekkas, maître gnawa. La chanteuse Ayo viendra présenter son nouvel album « Royal » puis la soirée se finira sur des accents funk et world avec l’Armée mexicaine le groupe du regretté Rachid Taha composé d’une belle bande de généraux chamarrés. Suivra Erik Inglesias Rodriguez alias Cimafunk ambianceur latino, et l’on finira à l’aube avec Mezerg un « one man band ».

N’oublions pas les enfants des écoles qui se voient offrir deux concerts en matinée  (les 24 et 25 juin) avec une création « L’Afro Carnaval des Animaux » conçu par Florent Briqué qui fait suite à la création en 2015 de l’Amazing Keystone Big Band qui adaptait l’œuvre de Saint-Saëns.

 


Ecouté cette semaine

Christian Ferreboeuf nous fait profiter du dernier album de Stefano Di Battista « Morricone stories  » (voir ici)

Quant à Michel Perrier il s’est penché sur le second album du Naïma Quartet « Zephyr »(voir ici)


Vu cette semaine

Une fois de plus, pour voir et entendre des musiciens jouer il faut prendre la direction d’internet.

On se prépare à Vienne et on se remet Laurent Bardaine et Tigre d’eau douce (voir ici)

Le nouvel album de Bigre! ‘Tumulte » sortira dans quelques semaines avec cette jolie Etoile filante  où Célia Kameni est encore une fois très à sa place (voir ici)

Et comme nous aimons bien les big bands du coin, on se repasse l’intégrale du « We Love Ella » à la Salle Pleyel du Amazing Keystone Big Band avec quelques invités de marques dont … Célia Kameni (voir ici)

Sinon pour voir et entendre du jazz en live, ça s’est passé au TNP à Villeurbanne la semaine dernière (voir ici)


La  continue de nous enquiquiner encore et encore. On se réjouit à l’idée de retrouver dans quelques semaines des concerts en vrai. On y croit . D’ici là on continue la case CD et disques (et pensez à nos recommandations cd) ou la radio (voir ici) .

La Rédaction de Jazz-Rhone-Alpes.com

 

Sélection de chroniques récentes


Du côté des festivals cette semaine

Pas de festival à présenter cette semaine

Du côté des festivals (en ce moment et bientôt) :

Jazz à BarrauxJazzContreBand

Jazz à Barraux - 25 & 26 août / 6 & 27 septembre / 27 novembre 2020

Jazz à Barraux - 25 & 26 août / 6 & 27 septembre / 27 novembre 2020

 

Avec la cris de la COVID 19 cette édition de Jazz à Barraux a été profondément remaniée en terme de date la plupart des formations initialement prévues en mai vont pouvoir être proposées à nouveau (à l'exception de Musica Nuda, annulée)

Deux soirées en août, deux journées en septembre et une soirée en novembre.

  • mardi 25 août : Anne Alvaro & François Raulin "Colporteurs, carnet de voyages musicaux" / Renaud Garcia-Fons Trio "la vie devant soi"
  • mercredi 26 août : Watchdog "Les animaux qui n’existent pas" & Maud Chapoutier / Sarab
  • dimanche 6 septembre : "Une nuit au Cotton Club"
  • dimanche 27 septembre : Concert Participatif à Barraux avec Jean Andréo / Eat that Chicken / Gnawack
  • vendredi 17 novembre : André Minvielle

Voir le site de Jazz à Barraux

 

JazzContreBand - du 1er au 31 octobre 2020

JazzContreBand - du 1er au 31 octobre 2020

Il revient pour sa vingt-quatrième édition ce festival atypique, transfrontalier qui s'agite autour du lac Léman entre Suisse et France, entre Rhône-Alpes et Franche-Comté.

Une édition apparemment  à peine bousculée par la crise sanitaire, avec près de  soixante-dix concerts ou masterclass. De très nombreuses formations issues des écoles helvètes que nous ne connaissons pas encore par chez nous (mais qui ne demandent qu'à le devenir). Probablement une piste à suivre pour les programmateurs qui souhaitent sortir de leur carnet d'adresse habituel.

Quelque repères :

  • Le quartet du guitariste Louis Matute lauréat du tremplin de l'année passée est programmé à quatre reprises dont l'ouverture du festival en première partie, un passage au Jazz Club d'Annecy et un autre à Cluses.
  • Quatre passages aussi pour le groupe Baiju Nhatt & Red Sun coproduction soutenue par JazzContreBand en 2020
  • L'ouverture du festival le 1er octobre est confié à Guillaume Perret.
  • Côté piano nous sommes gâtés : un véritable festival dans le festival avec dans le désordre Laurent de Wilde et son new Monk Trio ; Baptiste Trotignon ; Jacky Terrasson ; Ray Lema ; Yaron Herman ; Noé Sécula ; Sylvie Courvoisier ; Marie Krüttli (découverte lors d'un Forum JazzRA(s) ) ; Mark Priore (dans le groupe de Baiju Bhatt)  et d'autres
  • Un tremplin qui se déroulera le 11 octobre à l'ETM de Genève et verra se confronter cinq formations sélectionnés avec les critères suivants : du duo au sextet, musiciens de moins de trente ans, issus en majorité de la région franco-suisse. (voir ici)
  • Vingt huit lieux répartis de part et d'autre de la frontière : des clubs, des salles , des écoles...

Toute la programmation est en ligne sur cette page très claire

Voir le site du JazzContreBand 2020

Attention l'affichage des concert "Du côté des départements" présente temporairement un dysfonctionnement... nous travaillons dessus.

Du côté des départements :

Isère

Rhône

Haute-Savoie

Ailleurs

Du côté des départements : (ref)

Ain

Allier

Ardèche

Cantal

Drôme

Isère

Loire

Haute Loire

Puy-de-Dôme

Rhône

Savoie

Haute-Savoie

Ailleurs